Les couleurs de ceintures

Les couleurs de ceintures

Mardi 16 aout 2022 Numéro 4

Le judo au Racing

Tout savoir sur le Judo

Les couleurs de ceintures

Les couleurs de ceintures

Les couleurs de ceintures

Les couleurs de ceintures

Que représente les couleurs des ceintures?

2022 une année qui va leur sourire

———— lola Hajek——-

A ce jour le Judo français comptabilise plus de 38 000 judokas ayant réussi au moins le passage du premier dan, et plus de 100 000 ont déjà été décernés depuis la création de la Fédération.

La section Judo du RCS Omnisport compte un judoka en train de préparer sa ceinture noire :

–    Abdelghani Rhamani

Et 5 qui vont commencer à la préparer la saison prochaine. 

Et un qui l’a obtenu courant avril 2022:

–    Moustapha Diop

Nous leur souhaitons bonne chance.

Compétition du 4 décembre 2021, les 3 participants.

Moustapha Diop, Frédéric Fellrath et Abdelghani Rhamani, le 04/12/21

Dans les budõ (arts martiaux japonais), le obi, c’est-à-dire la ceinture, sert à marquer le grade du combattant et est obligatoire. Dans la pratique du Judo, le port de la ceinture permet également de tenir la veste du judogi et donc d’apparaître décemment face à son adversaire. Cette ceinture va exprimer   par sa présence   l’expérience, le temps, la maturité ainsi que le niveau de compétences du judoka. Les couleurs de celle-ci vont varier en fonction du  niveau  par grade.

Les Kyu sont délivrés par le professeur de l’apprenant et à partir de la 1ère dan, les  ceintures  sont  données  après  le passage  d’un  examen  officiel  par  la  Commission Spécialisée des Dan et Grades Equivalents (CSDGE) de la Fédération Française de Judo, Jujitsu, kendo et disciplines associées (FFJDA).

Tout d’abord quand une  personne  débute  l’apprentissage   du  Judo,  elle reçoit une ceinture de couleur blanche, que ce soit un enfant ou un adulte. C’est à force d’entrainement, de compétition, d’assiduité en général que l’élève peut monter en grade. Néanmoins, pour  que  la ceinture  change  de  couleur,  il faut avoir un âge minimum et le niveau adéquat. Chaque couleur correspond à un Kyu.

Âge mini 4 7 8 9 10
Couleur Blanche Blanche Jaune Jaune Jaune Orange Orange
Kyu 9è 8è 7è 6è 5è

 

Âge mini 11 12 13 14
Couleur Orange Verte Verte Bleue Marron
Kyu 4è 3è 2è 1er

Ces tableaux sont vrais pour les moins de 15 ans; pour les adolescents et les adultes il suffit de supprimer les ceintures à 2 couleurs pour avoir tous les Kyu.

De plus, dans certains clubs de Judo, des ceintures intermédiaires aux Kyu sont proposés mais uniquement à titre pédagogique et pour les enfants : cella correspond aux 2 ceintures avec barrettes jaunes. Cela peut aussi apporter un effet positif sur le mental des jeunes judokas . En effet le changement de ceinture montre que le judoka a progressé. Ce qui le motive pour poursuivre ses efforts.

La ceinture noire

Après la ceinture marron, on peut obtenir la ceinture noire et donc les grades supérieurs de Dan. Pour cela, il faut passer un examen qui est divisé en 4 grandes parties :

–    Les Katas (succession de mouvements codifiés mimant un combat et réalisant une démonstration technique)

–    La Technique (Démonstration de 12 techniques en 5 minutes)

–    La Compétition (Obtenir 44 points en une compétition ou 100 points en plusieurs ; obtention des points = victoire de combat)

–    L’Engagement Personnel (Participation à la vie de son club : arbitrage, support enseignant, … )

Ici aussi il y a différentes couleurs : noire, blanche et rouge.

Âge mini 15 à 29 35 60 et 73  
Couleur Noire Blanche Rouge Rouge Blanche
Dan 1 à 5 6 à 8 9 et 10 12
Rang Deshi

Renshi

Kyoshi Hanshi Meijin Shihan

(Jigõ Kanõ)

Il n’y a qu’une seule personne qui a reçut le 12ème dan et c’est Jigoro Kanō, quelques années après sa mort, c’est-à-dire en 1940.

 

Le Judo, c’est aussi des valeurs

Le Judo, c’est aussi des valeurs

02 septembre 2022

Le judo au Racing

Tout savoir sur le Judo

Le Judo; c’est aussi des valeurs

Code moral du Judo.

Le Judo, c’est aussi des valeurs  

« La modestie, c’est de parler de soi-même sans orgueil ». Être modeste, c’est savoir ne pas se vanter ou ne pas se glorifier chaque fois que l’on gagne. C’est aussi reconnaître quand on ne sait pas bien faire quelque chose et accepter de travailler et montrer nos points faibles. Écouter et accepter les reproches justifiés et en tenir compte. Néanmoins, la modestie c’est aussi se voir comme on est et ne pas se dévaloriser. La modestie n’est pas le contraire de la fierté, les deux sont donc compatibles.

« L’honneur, c’est être fidèle à la parole donnée ». C’est la valeur que tu montres, que tu partages avec ton entourage. Avoir de l’honneur, c’est quand tu réalises quelque chose que tu penses juste et que tu le montres aux yeux de tous. Pour avoir de l’honneur, il faut choisir avec précaution ces valeurs et agir en fonction d’elles. Avoir de l’honneur, c’est également permettre aux autres de compter sur toi.

« Sans respect, aucune confiance ne peut naître ». Le respect, c’est la mise en pratique de la politesse mais aussi la reconnaissance des valeurs des autres. Il faut aussi être modeste pour pouvoir admirer. On regarde, on se met à la place des autres et on admire ce qu’ils font de bien, c’est aussi une forme de respect.

Les valeurs complémentaires

Le meilleur emploi de l’énergie « Le meilleur emploi de l’énergie ». Ce principe parle de l’énergie mentale et physique. Il propose de résoudre le problème avec une solution pertinante ; il insite donc à la recherce constante et dynamique de la perfection.

 

Entraide et prospérité « Entraide et prospérité ». Chaque judoka réalise des progrès individuels mais ils passent quasiment tous par l’union de leur force et de celle des autres ainsi que par l’entraide.

triple valeur« Le grade du judoka est représenté par une triple valeur ». “Shin” correspond à la valeur morale. “Ghi” indique la valeur techniwue. Et “Tai”, la valeur corporelle. Ainsi, “Shin” est cité en 1er car, à lui seul, il donne un sens aux deux autres.

—— Lola Hajek ——–

Le code moral

Le judo est une activité sportive qui permet d’extérioriser ses émotions mais aussi de transmettre des valeurs. Ce sport permet à chaque personne qui le pratique d’améliorer sa maîtrise de soi et ainsi de pouvoir affirmer sa personnalité. Il possède, comme tous sports, des valeurs ; elles sont réunies dans « le Code Moral du Judo ».  Certaines de ces valeurs sont issues du Bushidô.

Les différentes valeurs

Le judoka doit s’efforcer d’appliquer sur le tatami, mais aussi dans la vie de tous les jours, ce code aux 8 valeurs : la modestie, la politesse, la sincérité, l’amitié, le contrôle de soi, le courage, le respect et l’honneur.

« La politesse, c’est le respect d’autrui ». La politesse c’est appliquer les règles de comportement qui sont apprises grâce à la famille, mais aussi à l’école ou au dojo. Être poli, c’est respecter systématiquement l’emploi des « mots magiques » : Bonjour, Au revoir, Pardon, S’il te plait, Merci. C’est aussi l’action de ne jamais insulter quelqu’un et de ne pas élever la voix pour parler. Une personne polie marque une attitude de respect envers les personnes plus âgées qu’elle. Il est important d’être poli car c’est le seul moyen d’entrer en contact avec les autres, que ce soient des adultes, des amis ou des camarades.

« Le courage, c’est faire ce qui est juste ». Une personne courageuse doit faire ce qu’elle croit juste, et pour cela être capable de prendre une décision et de respecter celle-ci. Le courage c’est agir, et cela inclut le combat contre ses peurs. Toute personne courageuse craint quelque chose, mais elle va être capable de surmonter cette peur parce qu’elle est courageuse. Le courage c’est également savoir reconnaître ses erreurs.

« L’amitié, c’est le plus pur des sentiments humains ». L’amitié c’est avant tout un sentiment très simple, qui nous rapproche. Être amis c’est être présent pour les uns et les autres dans les bons comme dans les mauvais moments. C’est aussi une motivation pour devenir meilleur, en recevant et en donnant. Être amis, cela signifie apprendre à connaître l’autre, communiquer avec lui, compter pour lui et compter sur lui. L’amitié se construit et se nourrit à l’aide de toutes les autres valeurs du code moral, pour pouvoir être vécu à la bonne hauteur. Le judo est un outil pour devenir un ami de meilleure qualité. En effet, les exercices proposés permettent de devenir plus courageux, plus patient, plus contrôlé mais aussi plus humain. L’amitié, ce n’est pas toujours facile à gérer mais il faut se battre pour la garder intact.

« Le contrôle de soi, c’est savoir se taire lorsque monte la colère ». Le contrôle de soi, c’est avant tout l’action de maîtriser ses réactions tout en suivant sa volonté. Mais c’est aussi apprendre à discuter de ce qui ne va pas dans le calme, tout en écoutant. Que l’on perde ou que l’on gagne, toujours avoir la même attitude, en restant agréable et juste avec tout le monde. Donc, il faut prendre son temps avant de réagir ou de parler, pour réfléchir à ce qui va se passer par la suite. Nous devons être capable de reconnaître quand nous sommes sous l’influence d’une émotion forte. Le judoka apprend à maîtriser ses émotions au même moment où il apprend à se déplacer dans un combat.

« La sincérité, c’est   parler sans déguiser sa pensée ». Une personne sincère est disposée à reconnaître la vérité, à faire connaître ce qu’on sent et pense sans vouloir tromper les autres ou soi-même. Et pour être une telle personne, il faut aimer la vérité. Ce n’est pas toujours facile d’assumer la vérité, mais le judo vous permet d’apprendre à le faire.

Qui était Jigorō Kanō ?

Qui était Jigorō Kanō ?

19 juillet 2022

Le judo au Racing

Tout savoir sur le Judo

Qui était Jigorō Kanō ?

Frédéric Fellrath, Président du Racing Club de Strasbourg, Omnisports, section Judo

————–Lola Hajek———

Frédéric Fellrath occupe le poste de Président de la Section Arts martiaux du Racing club de Strasbourg Omnisport depuis maintenant plus de 2 ans.

Lui-même ceinture bleue de judo au sein de la section, il travaille à l’ISG Campus de Strasbourg en tant que Directeur des études mais aussi en tant que professeur d’économie et d’économie du sport. Il es également référent du MBA Sport de l’ISG.

Depuis très longtemps, il est fan de l’équipe de football du Racing Club de Strasbourg Alsace et fait tout son possible pour assister le plus souvent aux matchs. Il soutient aussi avec ferveur l’équipe de France.

Prochaine étape : la ceinture marron et une saison de judo remplie !

Frédéric Fellrath

Frédéric Fellrath

Dessin de Jigorō Kanō.

Dessin de Jigorō Kanō.

Jigorō Kanō nait en 1860 dans la ville de Kobe (Japon) et meurt en 1938 sur un paquebot. Il est le fondateur du judo mais aussi la seule personne au monde à posséder le titre de « Sensei ».

Jigorō était le troisième enfant d’une fratrie de cinq, c’était le fils d’un brasseur de saké (alcool japonais). Il a été marié à Sumako Takezoe et ils eurent six filles et trois garçons.

En 1871, il commence de brillante étude dans les domaines des sciences politiques et des lettres à la faculté de Tokyo. Il a eut du mal à trouver un sport qui lui convenait, ce n’est qu’après avoir essayer l’athlétisme, le tennis et le baseball qu’il trouva le ju-jitsu. Et très rapidement en maitrise plusieurs styles.

Le Judo

En 1882, c’est-à-dire un an après avoir obtenu son diplôme, il fonde le Kōdōkan « école pour étude de la voie », plus simplement un dojo. C’est dans cette école et avec les 9 premiers élèves qu’il inventera le Kōdōkan Judo. Pour lui c’est une adaptation plus moderne du ju-jitsu. Le principe est simple, ne pas résister à son adversaire et utiliser sa force contre lui.

Le judo est le 1er art martial japonais à recevoir une reconnaissance internationale. Mais aussi le 1er à intégrer les Jeux Olympiques.

Avec ce sport, il a également créé des innovations pédagogique qui sont toujours utilisé à l’heure actuelle : l’utilisations des ceintures noires et blanches ainsi que le système de dan pour marquer la différence de niveau entre chaque pratiquant du judo mais aussi d’autres arts martiaux.

C’est à lui qu’on attribue les maximes suivantes : « Minimum d’effort, maximum d’efficacité » ainsi que « Entraide et prospérité mutuelle ».

Qui était Jigorō Kanō?

Photo de Jigorō Kanō, exposée dans tous les dojos

Profession

Professionnellement parlant sa vie fut également bien rempli. A la suite de son diplôme en 1881, il devient enseignant à l’école Gakushuin qui était une institution réservées aux enfants de la haute société japonaise. Il leurs enseigne la littérature. En ce qui concerne sa méthode pédagogique, elle est semblable à celle qu’il utilise au dojo, c’est-à-dire sévère mais toujours généreuse.

C’est le 1er juillet 1899, qu’il est nommé au ministère de la Guerre, en tant que Président du Centre d’étude des arts militaires japonais.

Entre 1898 et 1901, il a été le directeur de l’enseignement primaire pour le ministère de l’éducation japonais. Puis, de 1901 à 1920, le Président de la « Tokyo Higher Normal School ». Lors de ces 19 années, il a tout fait pour que le judo entre dans le programme des écoles publiques japonaises ; et cela paye car il y arrive en 1910. Sa mentalité progressiste était révolutionnaire pour le système éducatif japonais, car elle ouvrait les portes aux étudiants des classes sociales inférieures et forçait ceux qui venaient de l’aristocratie à accomplir des tâches humbles pour les discipliner.

Jeux Olympiques

Parallèlement, il fut de 1909 à 1938, le 1er membre asiatique du Comité international olympique ; et il représenta le Japon à la plupart des Jeux-Olympiques entre 1912 et 1936. En 1915, il reçoit une médaille olympique du Roi de Suède. Cette médaille le récompenser de tous les efforts qu’il fait pour promouvoir le judo. Pour les Jeux de 1940, il fut aussi le porte parole pour la candidature du Japon.

Le Japon, berceau du Judo

Le Japon, berceau du Judo

Mardi 5 juillet 2022 Numéro 1

Le judo au Racing

Tout savoir sur le Judo

Jigorō Kanō, fondateur du Judo au Japon berceau du Judo

Jigorō Kanō, fondateur du Judo

Judo écrit en japonais.

Judo écrit en japonais.

Le Japon, berceau du Judo

RCS Omnisports

L’origine

———– Lola Hajek ————

C’est en 1906 qu’est fondé le Racing Club de Strasbourg, à l’origine un club de football, et deviendra rapidement un club omnisport. Avant de porter le nom de Racing Club de Strasbourg Omnisport, le club a eu 4 autres noms dont FC Neudorf, jusqu’en 1919, ou encore RP Strasbourg-Meinau, jusqu’en 1976.

On y trouve plusieurs sports représentés : athlétisme, tennis de table, footgolf, aïkido, karaté, judo, quilles (bowling), tir et, depuis la saison 2021/2022, le basketball s’est rajouté. Mais le club a aussi connu par le passé le handball, l’aviron, la natation, la gymnastique, le tennis, le rugby et le volleyball.

La section Arts Martiaux et, plus précisément, le judo compte près de 50 licenciés du plus jeune au plus âgé.

Pour terminer, Samuel Guillemin préside actuellement l’omnisport.

Logo du RCS Omnisport

Logo du RCS Omnisport

Le Judo est un art martial (et non un sport de combat), qui voit le jour en 1882 au Japon. Son créateur, Jigorō Kanō, a voulu créer une pédagogie nouvelle qui allie physique, mentale et morale. Le Judo n’est pas un sport brutal. Le but est de projeter au sol et d’immobiliser son adversaire; de l’obliger à abandonner grâce à des clés articulaires et d’étranglement (qui sont toutes maîtrisées par les pratiquants). Le judo est avant tout un sport de défense. Dans toutes les techniques, le but majeur est d’utiliser la force et l’élan de son adversaire pour le faire tomber.

M. Kanō s’est inspiré du Ju-Jutsu pour créer son propre enseignement plus moderne pour son époque. Certaines techniques du Ju-jutsu étaient très dangereuses et compliquées à enseigner. Il les a donc supprimées et codifié celles qui restaient, pour simplifier leur enseignement avec plus de souplesse. Il a créé sa 1ère école, nommée Kōdōkan. Lorsque les 1er champions de cette école ont battu les meilleurs représentants des écoles adverses de Ju-Jutsu, le pouvoir économique de l’institut s’est développé et en conséquence le Judo  s’est définitivement installé en tant qu’art martial japonais.

Le Judo se pratique sur un tatami, dans une salle appelée le « Dojo ». Le tatami est un ensemble de tapis en mousse dure, qui ont pour objectif d’amortir la chute mais également de délimiter la zone de combat, grâce aux différentes couleurs. Les pratiquants sont appelés des Judokas et portent des Judogis, ceux-ci sont blancs mais en compétition internationale, certains judokas en ont un bleu pour se différencier de leur adversaire.

Histoire

Le Judo a contribué à populariser les arts martiaux japonais autour du monde. En ce qui concerne la France, le 1er club de judo ouvre ses portes en 1936 avec à sa tête Moshe Feldenkrais.

Mais c’est Mikinosuke Kawaishi qui développe plus largement le Judo dans toute la France. C’est lui qui a instauré le système des couleurs de ceinture en France et qui a remanié, en 1920, le « Gokyo » (ensemble de 40 techniques de projection debout). La première fédération de Judo et de Ju-Jutsu vit le jour en 1946. C’est donc à cette période que se développe les compétitions nationales, internationales mais aussi mondiales.

Le Judo est introduit dans les Jeux Olympiques à Tokyo en 1964 et est définitivement admis en 1972 dans ceux de Munich ; néanmoins il fut réservé aux hommes étant donné que le judo féminin n’est à cette époque pas développé. Ce n’est qu’en 1992 à Barcelone que les judokates participent aux Jeux Olympiques.

—– Lola Hajek —–

Le Judo qu’est ce que c’est

Les couleurs de ceintures

Compétition du 4 décembre 2021

Retour sur la compétition du 4 décembre 2021

Le 4 décembre 2021 le RCSO Judo a participé à sa première compétition.

Celle-ci a eu lieu au dojo de Vendenheim. Cette compétition était réservée aux vétérans.

C’est pour cela que 3 des nôtres y ont combattus : Abdelghani Rhamani, Moustapha Diop ainsi que Frédéric Fellrath. Ils étaient accompagnés par notre entraîneur Daniel et par un de nos jeunes judokas.

Compétition du 04/12/2021. Photo de groupe avec les participants et les accompagnants.

Arthur, Abdelghani, Daniel, Moustapha et Frédéric

Nous tenons encore à féliciter Moustapha Diop pour son podium. En effet, lors de cette compétition, Moustapha a remporté le bronze. Il est arrivé à la 3ème place du podium, dans la catégorie M1 et M2 (photo ci-dessous).

Podium de la catégorie M1 et M2, avec Moustapha Diop à la 3ème place.

Moustapha Diop sur la 3ème place du podium.

 

Alors, on se retrouve bientôt pour un nouvel évènement du RCSO Judo ! Et pour suivre notre actualité plus rapidement, rendez-vous sur notre page Facebook: RCS Omnisport, Judo.

 

Article précédent